Tu es un rocher, que dis-je, une montagne.

Avec ses vallons, ses plaines, ses lacs.

Toute la force et la beauté, tout simplement.

Ondulation perceptible, frissons naissant.

Rien ne peut perturber ce paysage.

Si ce n’est un doux souffle frôlant ces reliefs,

Annonçant un tsunami de plaisir,

Vague caressant tout sur son passage.

Provocante, attendue, espérée,

Laissant place aux spasmes et ondulations,

De ses généreuses vallées.

Un écho naissant, un râle libérateur.